Logo abeille alternative
Témoignages

L’abeille me soigne :

http://www.labeillemesoigne.com/

7

 

Je me nomme Jean-Michel Cudo, ancien ouvrier apiculteur, je suis tombé malade en pleine saison apicole au printemps 1999, alors que je me faisais piquer quotidiennement par les abeilles.

Le mal dont je souffre s’appelle la sclérose en plaques, en fait, je ne mettrai un nom sur cette maladie que bien plus tard.

Un jour, mon ami Michel, apiculteur professionnel, me recommande un livre : “Ces abeilles qui nous guérissent” de Roch Domerego. Voir sur :  http://www.rochdomerego.com/fr/livre/65-ces-abeilles-qui-nous-guerissent-9782709639651.html

Après avoir lu plusieurs fois ce livre, il me paraît évident de devoir rencontrer Roch Domerego pour essayer ce traitement.

En juillet 2001, je rencontre Roch Domerego à son cabinet à Bruxelles, pour démarrer l’apipuncture, une thérapie au venin d’abeilles.

A l’époque je souffre de maux de tête permanents et insoutenables, rien à voir avec une petite migraine, perte de l’acuité visuelle pour l’oeil droit avec un voile, perte de la force musculaire ainsi que la résistance dans les bras et dans les jambes, accompagnées d’intenses douleurs, une fatigue importante et chronique, une émotivité et un état dépressif accrus, des problèmes urinaires, et la moindre contrariété qui accentue immédiatement certains symptômes.

Très vite au bout de quelques séances, je sents mes symptômes bouger dans un sens puis dans l’autre, sur des laps de temps variable d’une fois sur l’autre, ceux-ci diminuent, puis s’accentuent à nouveau.

Ce yoyo va se poursuivre pendant environ six à huit mois, mais déjà au bout de cette période, j’ai récupéré un peu sur mes symptômes de départ, c’est à dire que certains ont régressé.

Des bénéfices qui commencent à se stabiliser tels que les mots de tête qui sont de moins en moins fréquents,de moins en moins intenses également, une plus grande résistance à l’effort, plus de force…..

Au bout d’un an, je considère avoir mis de coté (au fond d’un tiroir), les  ¾ de mes soucis de départ (avant la thérapie au venin d’abeilles).

Je considère avoir beaucoup de chance, car tout le monde ne réagit pas à ce traitement, et aussi bien.

Au fil des années, il m’arrive de rechuter,  mais Roch Domerego réajuste parfaitement le protocole à chaque fois, et je retrouve mes bénéfices pour une nouvelle longue durée.

Il faut néanmoins faire attention au choc anaphylactique qui est un accident allergique rare, mais mortel s’il n’est pas pris en charge à temps, et qui peut survenir à chaque nouvelle piqûre.

Mais ce danger ne me préoccupe pas plus que ça, puisque je vivais avec tous les jours dans mon métier.

Je peux dire que je bénéficie d’une belle qualité de vie. Je remercie Roch, Michel, et les abeilles pour celà.

Par contre, je ne dois pas oublier mes séances de piqûres, car sinon, la sep se réveille et me rappelle à l’ordre. Mais à chaque fois, que celà s’est passé, lors d’empêchements, je sentais le bienfait du venin après ma séance de piqûres de “rattrapage”

Celà m’a permis d’être conforté sur la réelle efficacité du venin d’abeilles, car à chaque fois, tout rentrait dans l’ordre après chaque séance de piqûres.

Avant de démarrer cette thérapie, j’allais à l’hôpital régulièrement tous les trimestres pour des perfusions de cortisone, sans oublier les pillules en tous genres que j’ingurgitais à l’époque. Et, est arrivé le moment où mon organisme ne supportait plus tous ces médicaments...Il devenait évident et urgent de trouver une autre solution....Et elle arrivat comme par miracle, c’était certainement écrit :-)

Celà fait maintenant plus de 14 années de traitement au venin d’abeilles, et je me porte vraiment bien, toute proportion gardée, car la maladie est toujours la, mais étouffée au ¾.

Mon ami Roch Domerego et le venin d’abeille me sauvent la vie.

Ils me permettent de vivre correctement et je les en remercie du fond du coeur pour celà ;-)           Jean-Michel Cudo


Vous avez la S en P? Utilisez la thérapie du Venin d'abeille! Oui. Des piqûres d'abeilles pour la S en P! Ça marche!

Écrit par Pat Wagner, Waldorf, Md.

Il y a près de 24 ans, on m'a diagnostiqué la sclérose en plaques. Depuis plusieurs années j'ai fait 1'expérience des médicaments, des hospitalisations, des espoirs, des déceptions et des larmes aussi. Je me suis débattue pour ne pas finir en chaise roulante. Je pensais que ce serait le pire qui pourrait m'arriver. Mais le 24 février 1992, mon neurologue m’a dit que les médications prescrites n'étaient plus efficaces. Ma sclérose avait suivi son cours et je ne devais plus m'attendre à une amélioration - ou si peu- s'il y avait encore une possibilité. Mais j'ai appris qu'une chaise roulante était le moindre des mes problèmes.

Des années auparavant, lorsque je pouvais marcher, mon pied traînait. Lorsque je pouvais écrire, mes doigts ne pouvaient tenir le stylo. Comment je pouvais sentir si l’épingle à couche avait bien traversé le matériel? Je pouvais me brûler et ne pas le ressentir? Et barrer la serrure de mon appartement pour la sécurité? - Aucunement. Comment quelqu'un pourrait entrer lorsque je demanderai de 1'aide pour me relever? Et bien cela était il y a bien des années. Les choses changent.

Maintenant, aujourd'hui, le 24 février 1992. Mon état? Je suis condamné à la chaise roulante. Aucune chance de bouger un orteil. Je ne ressens rien et n'ai aucun mouvement dans mes jambes. Serrer ma nouvelle petite fille? Certainement si quelqu'un la met sur mes genoux et nous surveille du coin de 1'oeil au cas où on tomberait. Le contrôle des intestins et des reins? Pas moi! De toute façon je ne peux pas voir les gens qui eux me voient. Alors, pourquoi en être embarrassée? Je ne les reconnaîtrai pas la prochaine fois qu'on se rencontrera. Vous comprenez, je suis presque complètement aveugle. Avez-vous dit quelque chose? Excusez-moi, mais je suis sourde dans mon oreille droite aussi. C'est toute une excitation ! Je suis, trop faible pour soulever un sandwich. Je peux m'épuiser juste à m'asseoir dans mon lit. Hé ! Ne ris pas. Ça me prendrait toute une coordination et un effort! Après tout si j'ai à pousser 1e bouton de mon lit d'hôpital, rendue au temps où je réussis à m'asseoir, je dois refaire tout le processus en reculant. Pourquoi? Parce que je suis exténuée! Et vous pouvez oublier que j'essaie de me retourner dans le lit. Mais, à travers tout ça, je peux toujours respirer. Alors c'est quoi tout ce tralala à être dans un fauteuil roulant? J'avais tort de penser que c'était la pire chose qui pouvait m'arriver. Un mois plus tard, le 24 mars 1992; c'était le jour où j'ai commencé à faire la thérapie avec du Venin d'abeille pour traiter ma S en P!

Oui, les abeilles piquent! Je n'ai pas encore rencontré une personne, qui ne répond pas de façon positive à la T avec VA. En fait, ils sont plusieurs qui ont eu un retour de sensations, alors que rien d'autre n'a marché. Plusieurs ont commencé à retrouver la vue, d'une vision double ou même triple à une simple, et par la suite avoir sa vision embrouillée à une vision plus claire ! D'autres, hospitalisés, ne voyant aucune amélioration de leur état, commencent la T avec VA et obtiennent un changement positif. Les médecins commencent à être curieux et quelques-uns (incluant mon neurologue!) me réfèrent des patients pour en apprendre davantage sur cette thérapie. Même si je ne suis pas médecin, ma ligne de base pour eux est que lorsqu'ils donnent des médicaments (ACTH, stéroïdes, antibiotiques, etc.) ils permettent aux glandes qui secrètent 1'adrénaline (votre système interne pour guérir) un jour de vacances pour mauvais agissements. Vous voyez, ces glandes produisent les propriétés médicales telles que les médecins utilisent comme traitement. Par contre, les piqûres d'abeilles disent à ces glandes "Réveilliez-vous! Vous allez faire du temps supplémentaire jusqu'au temps où cette personne ira bien!"

Malade ou pas, nous avons tous des glandes qui secrètent 1'adrénaline. Quelquefois elles ne fonctionnent pas bien. Cela arrive lorsqu'on laisse les médecins faire leur médecine où on le fait en utilisant les piqûres d'abeilles pour provoquer notre propre système à faire ce qu'il a à faire. Et comme nous le savons tous, le but ultime est de guérir. Bien sûr, il n'y a pas d'argent à faire avec les piqûres d'abeilles pour les médecins, alors ils peuvent ne pas suggérer un tel traitement. D'un autre côté, les abeilles de Dieu rendent le processus vers le bien-être à un coût avantageux pour nous, n'est-ce pas!

Qu'avez-vous à perdre ? Un fauteuil roulant ? De 1'engourdissement ? De la rigidité ? De 1'incontinence ? Ou simplement votre incapacité à voir la personne que vous désirez pouvoir serrer dans vos bras ? Quoi qu'il en soit, allez-y et perdez-les. Vous avez tout à gagner.

Étant une victime de la sclérose en plaques, je remercie Dieu pour ses abeilles de miel et ce qu’ils ont fait pour moi. Ils ont donné leurs vies et m'ont redonné la vie! Il n'y a rien comme la douce (naturelle et de santé) piqûre du succès!

Merci de me donner de nouveau la chance de partager mon expérience avec les autres. En terminant, j’aimerais vous rappeler que les abeilles sont une bonne médecine et que vous n'avez pas besoin de prescription


Oeuvre de Jacky

Je tiens à témoigner de mon expérience personnelle du venin d’abeilles dans ma sclérose en plaques.

Je suis sep depuis 1983, et j’ai stabilisé ma maladie depuis 1991 avec du venin d’abeilles.

Six mille piqûres par an sont nécessaires (pour moi), ce qui représente environ 115 piqûres par semaine.

C’est un prêtre qui m’a initié au venin d’abeille, et je l’en remercie.

Dès le début de ma maladie (1983), je faisais 3 à 4 poussées par an.

Ci –dessous un tableau récapitulatif du nombre de piqûres par année.

nombre de piqures de 1996 à 200037
nombre de piqures de 2001 à 200238

Voici un dessin qui vous permettra de comprendre aisément l’emplacement des piqûres.

croquis d'emplacement des piqures d'abeilles39

Jacky FORTUNADO

Sillandes

81170 CORDES-SUR-CIEL

FRANCE


Article de presse extrait de “Le Nouvelliste” du mardi 7 octobre 2003, (Suisse).

article de presse conference sur l'apitherapie, temoignage sur un traitement au venin d'abeilles

Article de presse extrait de “La dépêche du midi” du Tarn du lundi 11 mai 1998.

article sur jacky, sa sep et le venin d'abeilles

[Accueil] [Introduction] [Synthèse] [Traitement] [Allergique ou pas] [Thérapeutes] [Réseau abeilles] [Apimondia] [Témoignages] [Photos] [Contributions] [Devenir api] [Liens] [Liste discussion] [Partenariat] [Plan du site] [Contact]